Plus d'infos »

[CULTURE] La citrouille


L'automne sonne la rentrée culturelle C'est aussi le retour à la terre et aux racines : la cueillette des champignons, des châtaignes …
L'automne sonne la rentrée culturelle : littéraire, musicale, des événements importants à écrire dans nos agendas. C'est aussi la saison des couleurs extraordinaires qu'offre la nature sous les derniers rayons de soleil. Les oiseaux migrent vers les pays du Sud, les feuilles mortes tombent, retour à la terre et aux racines : la cueillette des champignons, des châtaignes, des pommes et des courges !
Partons en promenade entre amis ou en famille pour apprendre pendant la cueillette. C'est donc ainsi que j'avais envie d'aborder ce sujet de façon : anecdotique, scientifique et historique !


Où les cueillir ?
La bonne saison des courges est octobre-novembre, elles se conservent jusqu'à six mois. Comme je vous en avais déjà parlé dans mon article sur la Cueillette de Gally, vous pouvez retrouver les points Cueillette en IDF listés ici.
Il existe une grande variété de courges mais saurons tous les reconnaitre et comprendre d'où elles viennent ? 
Cette méconnaissance me fait penser à la campagne Intermarché : "Dans les bons légumes tout est bon, sauf le nom #MieuxManger c'est comme tout, ça s’apprend. »


Pourquoi la nomme-t-on courge Spaghetti ?
La courge Spaghetti est une petite courge japonaise de couleur jaune. Son nom provient de sa texture intérieur, en effet lorsqu'elle est cuite, sa chaire forme de long filaments tels des spaghetti !

D'où vient le potimarron ?
Le potimarron ou "petit marron", réputé pour sa chair tendre et son goût de châtaigne, regorge de bienfaits. Il provient du Japon ! Apporté en Europe en 1957 par Georges Ohsawa, enseignant Japonais fondateur de la macrobiotique (Science basée sur l'alimentation saine pour assurer l'énergie et la longévité du corps soit "nous sommes ce que nous mangeons"), le potimarron appartient à la variété Potiron d'Hokkaido ou Kabocha.
Riche en oligoéléments et en carotène (provitamine A), c'est un légume de saison que l'on retrouve sur les étals de septembre à février.
Pour en savoir plus sur le potimarron : idées recettes, déco vous pouvez retrouver mon article "je fais quoi avec un potimarron ?" par ici.


Astuce : que faire avec les pépins ? 
"rien ne se perd tout se transforme" la célèbre loi de Lavoisier : gardez les graines de courges et faites-les dorer au four ! Vous pourrez ainsi les servir comme des graines de tournesol en apéritif.

Comment distinguer les coloquintes comestibles ?
A la cueillette vous pouvez également trouver des coloquintes variées à petits prix. Mais attention certaines variétés ne sont pas comestibles (Jack be little et Baby boo), elles contiennent une toxine naturelle la cucurbitacine qui provoque des intoxications, alors autant vous concoctez une belle nature morte ou emporter une belle citrouille d'Halloween pour la creuser et la décorer! 


Pourquoi décore-t-on des citrouilles pour Halloween ?
Cette tradition vient de la légende de Jack-O-Lantern condamné à errer entre l'enfer et le paradis s'éclairant avec une braise qu'il mis dans un navet! La tradition Irlandaise de creuser dans des navets lors de la nuit d'Halloween en souvenir des âmes perdues fût remplacée par la citrouille lors de l'exode des Irlandais vers l'Amérique (Irish potato famine).

Pourquoi nomme-t-on cette fête "Halloween" ?

 L'origine du terme "Halloween" vient de "All hallows Eve" signifie "le soir de tous les saints" c'est à dire la veille de la Toussaint le 31 octobre!
Plus d'infos »

[VOYAGE] Les mystères d'Edimbourg


Dernièrement, nous avons voyagé en Ecosse, et plus particulièrement à Edimbourg, la capitale. Nous y avons passé plusieurs jours pour essayer de cerner les différentes facettes de cette ville. Nous avons découvert sa culture, ses rituels, ses légendes, ses horreurs, son histoire et sa fascinante beauté. Edimbourg a beau être assez grise, chacune de ses prises de vue nous la fait découvrir sous un autre angle. Cette ville est une merveille et possède une atmosphère vraiment particulière.

Je vous propose donc de découvrir cette ville en un week-end alliant paysage, culture, histoire et merveilles. Deux jours intenses à la découverte d'une ville oubliée. Pour admirer plus de photographies et de monuments, je vous donne rendez-vous dans quelques jours sur le site de Time&Lapse.



Calton Hill
Pour avoir un tout autre point de vue d'Edimbourg, je vous recommande de monter les quelques marches qui vous mèneront à Calton Hill. Vous pourrez y admirer une vue d'ensemble de la ville ainsi qu'une vue plus nette sur Leith et sur Arthur's Seat. 

Edinburg Castle 
Sortez du parc en le longeant et en rattrapant doucement Castle Hill (extrémité ouest de Royal Mile). Vous arriverez face à l'immense esplanade devant le château. Admirez la herse et le paysage sublime sur la ville. Entrez dans le château. L'entrée est à environ 20 euros par personne. N'hésitez pas une minute, vous y passerez votre matinée entière et vous pourrez à la fois admirez la vile sous tous ses angles mais aussi être incollable sur l'histoire d'Edimbourg. 
A 13h, rendez-vous dans la cour centrale pour écouter un soldat vous compter l'histoire du canon. Préparez-vous, il va tirer à 13h pile. 



Greyfiars & Bobby
Avant de vous prendre en photo devant Bobby, les fans d'hart Potter pourront admirer l'éléphant House où J.K Rowling a écrit le premier tome ! Prenez-vous ensuite en photo devant Bobby et pourquoi pas, déguster un thé dans le café qui porte son nom. N'oubliez pas de passer un moment dans le célèbre cimetière de Greyfiars. 
Pleins de mystères et de phénomènes étranges, ce cimetière est enfermé au centre de la ville. 

Dean Village
En arrivant à Dean village, je vous propose deux solutions : soit vous balader dans les rues montantes de ce joli quartier hors du temps, soit de commencer à marcher sur le chemin de balade vers Leith qui longe l'eau. 
Nous avons opté pour une balade dans Dean Village. Nous avons aimé cet écrin de verdure en pleine ville. Nous avions plus l'impression d'être en pleine campagne qu'au coeur même d'Edimbourg. 

Holyrood Palace
La veille, je vous ai fait passer rapidement devant Holyrood Palace. Je vous propose aujourd'hui de l'observer plus en détails et de passer plus de temps dans ce quartier. Admirez donc la vue sur Arthur Street, l'église royale dans laquelle se rend la reine quand elle va en Ecosse. Et pourquoi pas, passer la porte du parlement tout neuf ! 



Majestic Bus tour
Pour terminer ce week-end en douceur, après avoir marcher des dizaines de kilomètres sur les collines, je vous propose d'opter pour un tour en bus. Vous aurez donc deux choix en français (le tour vers la vieille ville et le tour vers les jardins royaux et Leith). Ayant arpenté la veille ville, je vous conseil le tour vers Leith et le port (15 livres par personne). Le tour dur environ une heure et vous propose des anecdotes sur différents lieux et personnages de la ville. Très intéressant et de quoi reposer ses jambes. 

Edimbourg regorge encore et toujours de milles et une merveilles. D’ailleurs, si vous souhaitez vous y rendre le temps d’un long week-end, je vous propose, juste ici ou encore ici, un itinéraire pour ne rien rater. Pour découvrir Leith, les anecdotes, Scotch Whisky Experience, Princes Street, etc. Je vous dis donc à très vite !

Plus d'infos »

[MANUCURE] Féminité et élégance pour Octobre Rose


L'automne est arrivé ! et avec lui le mois d'octobre placé sous le signe de la lutte contre le cancer du sein. Etant une femme, il est évident que je me sens concernée par cette cause et ce, même si je n'ai jamais eu à y faire face. De ce fait, j'ai réalisé un nail art qui allie féminité et élégance à l'occasion de cet Octobre Rose.

Pour réaliser ce nail art, il vous faut :

- un vernis noir
- un vernis blanc opaque (33 'White Wild Ways' de Essence)
- un vernis rose pâle (Power Pro 02 de Kiko)
- un vernis or nacré (Gala de Nailmatic)
- un vernis rose framboise (Redicalist de NCLA, que je ressors dès que l'automne vient tellement il est parfait)

- Un tampon pour stamping + la plaque Moyou London 'Flower Power' n°03

- Une petite éponge (sans latex) pour les petites touches dégradées.


Etape 1 : On pose les bases
J'applique mes bases de couleur framboise, or (pour l'accent nail) et blanche en 2 couches bien opaques.

Etape 2 : On tamponne !
A l'aide de ma petite éponge, je viens tamponner un peu de vernis rose pâle sur la base blanche, de sorte à créer un dégradé. Pas besoin que ce soit parfait, ne vous inquiétez pas !



Etape 3 : On re-tamponne !
Cette fois-ci on vient tamponner quelques touches de vernis or par-dessus le rose. Très subtil, mais ça fait son effet !

Etape 4 : Le stamping
L'étape qui vous fait certainement le plus peur, mais vous verrez, il suffit de prendre le coup de main. Je prélève le motif fleuri et je viens le déposer en douceur sur ma base blanche dégradée.



Etape 5 : La touche finale
Honnêtement, je n'avais pas prévu cette touche finale au moment de la réalisation. Et puis une fois le stamping fait, je me suis dit qu'il manquait quelque chose... alors j'ai ajouté une touche de Redicalist à l'éponge par-dessus le stamping. Que serait le nail art sans imprévu et sans folie ! L'important, c'est de s'éclater et de se faire plaisir, non ?


On termine avec une bonne couche de top coat pour protéger et voilà qui est fait !

Si vous reproduisez ce nail art, n'hésitez pas à nous le notifier et à le partager avec le hashtag #timeandlapse ! A très vite !